Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 28 mars 2020, consacré au mois sacré de Cha’ban (qui précède le mois de Ramadan) et à la pandémie de covid-19.

Source : https://video.moqawama.org/details.php?cid=1&linkid=2106

Traduction : lecridespeuples.fr

Transcription :

[…] J’ai donc évoqué 3 points au sujet de la guerre (mondiale) contre le coronavirus, et mon 4e point (est l’importance) de réfléchir à tout ce qui se passe actuellement dans le monde. Tout le monde suit la situation, mais c’est surtout l’élite politique, intellectuelle, culturelle, économique et militaire qui se concentre sur les développements actuels (et leurs implications).

Nous faisons face à une situation mondiale sans précédent, au moins depuis la 2e guerre mondiale. Et les implications en sont encore plus dangereuses (et colossales) que celles d’une guerre mondiale. Nous ne savons pas comment finiront les choses, mais peut-être qu’après le coronavirus, l’ordre mondial sera complètement chamboulé, et nous ferons face à une situation inédite. Après la première guerre mondiale, il y a eu un nouvel ordre mondial ; après la 2e guerre mondiale, il y a eu un nouvel ordre mondial. Après l’effondrement de l’Union Soviétique et du bloc de l’Est, et (la fin du rideau de fer entre) l’Europe de l’Ouest et l’Europe de l’Est, il y a eu un nouvel ordre mondial.

Aujourd’hui, ce qui se passe est beaucoup plus important que ce qui a eu lieu durant les guerres mondiales, car cela touche tous les domaines. Aujourd’hui, à la lumière de ce qui se passe dans le monde, il y a un débat culturel, dogmatique, religieux, intellectuel, philosophique… Tout ce qui concerne le domaine des principes, de la culture, de la pensée, de la religion et de la philosophie est actuellement soumis à un tremblement de terre. Un véritable tremblement de terre !

Par ailleurs, il y a un débat sur les priorités des États, sur la pertinence et l’utilité des Nations Unies et des grandes organisations politiques mondiales. Aujourd’hui, on ne sait pas si les Etats-Unis d’Amérique vont rester unis, ou s’ils vont être démantelés (en États indépendants). L’Union européenne va-t-elle rester unie, ou va-t-elle se disloquer ? Des voix s’élèvent aujourd’hui au sujet de la mondialisation et de ses conséquences après la crise du coronavirus, et on constate un retour aux sentiments et aux calculs nationalistes, et à la priorité donnée à la patrie. En matière économique, tout ce système capitaliste et libéral est criblé de critiques, de même que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Sur les questions économiques, financières, au niveau des organisations politiques internationales, (tout est remis en cause). Il y a des États dont on ne sait pas s’ils vont subsister ou disparaître. Il y a de grandes et puissantes forces militaires qui risquent de disparaître (OTAN, etc.).

Je ne fais aucune prédiction. Je dis juste qu’il faut suivre la situation de près.

Bien sûr, il ne faut pas être trop hâtif, car certains vont trop vite en besogne en matière d’analyse des questions et de leurs implications, considérant que le monde se dirige vers tel, tel et tel résultat (alors qu’il faut être prudent). Prédire dès maintenant ce qui va advenir à coup sûr est très difficile. Tout cela est lié au succès que connaîtront les mesures prises ici et là, même si le monde entier est violemment secoué jusqu’à présent, c’est lié à la question de savoir si un médicament ou vaccin sera trouvé ou pas, etc. Mais il ne fait aucun doute que nous, aujourd’hui, les générations présentes, que ce soit au Liban, dans la région ou partout dans le monde, nous sommes contemporains d’une nouvelle expérience sans précédent (en ampleur), au moins depuis 100 ou 200 ans. Toute la terre et toute l’humanité vont être chamboulées, et se trouveront dans une situation complètement nouvelle, avec une réalité toute nouvelle, ou disons plutôt, pour être prudent, qu’il est possible que le monde se retrouve ensuite dans une situation complètement différente, avec une réalité toute nouvelle. Je dis « peut-être », mais la probabilité est énorme et véritable, et les données objectives le suggèrent très fortement, tant sur le plan théorique que pratique : aux niveaux intellectuel et culturel, au niveau politique, au niveau des alliances et des organisations politiques, au niveau de l’ordre mondial, de l’économie, des finances, des dépenses publiques, au niveau de l’infrastructure sociale, etc., etc., (tout est en plein bouleversement).

Nous devons surveiller tout cela de près, car ça aura une influence sur nous, car nous faisons partie (de ce monde). Dans la région, nous en faisons partie sur les plans sécuritaire, militaire, économique, social, culturel, sanitaire, sur tous les domaines. Nous faisons partie de ce monde, qui est devenu, comme on dit, un village, où chacun ressent l’impact de ce qui se passe dans n’importe quel endroit du monde. Nous devons suivre et surveiller cela de près, car les développements peuvent parfois demander de notre part qu’on prenne des mesures, qu’on ralentisse, voire (pour certains, en particulier les pro-occidentaux) qu’on bouleverse tous nos calculs dans biens des domaines qui nous concernent tous.

Mon avant-dernier point, le cinquième —mon discours comporte six points—, est que j’appelle… Quoi qu’il en soit, j’y reviendrai plus en détail dans mon prochain discours, mais au-delà des mesures (sanitaires) quotidiennes concrètes (qu’il faut absolument respecter et dont je viens de parler longuement), j’appelle (tout le monde) à réfléchir à ce qui se passe dans le monde, et à en tirer les leçons. Lorsqu’on voit par exemple que les États-Unis et l’administration américaine, qui se présentent comme une puissance de premier plan, mais en fin de compte, toute cette administration, qui n’est pas limitée à la personne de Trump, même s’il a une grande influence, toute l’administration américaine est complètement prise de court et désorientée : un jour, ils affirment que (le coronavirus) n’est qu’une simple grippe, et un jour après, ils disent que c’est un mal sans précédent ; un jour, ils affirment que le 12 avril, il faut que tout le monde soit retourné au travail et que la vie ait repris son cours, et le lendemain, plusieurs États déclarent l’état d’urgence, et le gouvernement fédéral déclare l’état d’urgence nationale. La confusion est totale, alors qu’il s’agit du pays qui se présente comme la première puissance mondiale. Voyez (également) la situation des pays les plus riches du monde, etc.

Ce qui se passe aujourd’hui, et qu’on voit sur les chaînes de télévision, est rendu encore plus frappant par le fait qu’on le voit à la télévision, car tout ce qui pouvait se passer il y a 70, 100 ou 150 ans dans un endroit du monde était méconnu ailleurs (du moins pas en direct). Mais aujourd’hui, nous sommes au Liban et nous pouvons voir tout ce qui se passe dans le monde en direct à la télévision. Quelle est la leçon à tirer ?

Cette terre, ce monde, cette humanité… Je ne vais rien dire de nouveau, cela a été dit et écrit maintes fois dernièrement, mais il est bon que j’y ajoute ma voix. Alors que la civilisation, la technologie et la connaissance sont parvenues à leur sommet, que l’homme est parvenu sur la lune, sur Mars, et où sais-je encore, qu’il a créé des armes nucléaires et d’une sophistication extrême, qu’il innove dans tous les domaines, et qu’il y a une révolution technologique sans précédent dans l’histoire humaine, etc., alors que les armées actuelles sont sans conteste les plus puissantes de l’histoire, que ce soit en effectifs ou en équipements, et que les puissances mondiales ont une influence sur toute la face de la Terre, etc.

Jadis, il y avait un seul homme (à l’orgueil démesuré), Pharaon, qui affirmait « Je suis votre Dieu, le plus haut ! » (Coran, 79, 24), le Pharaon d’Égypte au temps de Moïse. Aujourd’hui, sur toute la Terre, combien y a-t-il de Pharaons qui proclament « Je suis votre Dieu, le plus haut ! », et combien y a-t-il de Nemrod (tyran face à Abraham) qui proclament « Je suis votre Dieu, le plus haut ! » ? Il y a une multitude de Pharaons et de Nemrods qui se comportent comme s’ils étaient Dieu. Il y a même des gens qui sont encore moindres (que des chefs d’État) et qui se comportent comme s’ils étaient des Dieux sur Terre. Mais voyez dans quel état un simple virus microscopique, invisible à l’œil nu, qui reste largement inconnu à ce jour, a mis toute la Terre.

Chacun peut reconsidérer la situation dans son esprit, sans que j’aie besoin de m’étendre. Faisons une liste rapide : des États entiers sont à l’arrêt et toute leur population confinée, les usines et entreprises sont fermées, le tourisme a cessé dans le monde entier, les compagnies aériennes cherchent ou garer leurs avions, le FMI a déclaré officiellement que le monde est entré en récession économique, le taux de chômage est sans précédent, tout est paralysé, désorienté, confus, les malades et les morts s’amassent (par centaines de milliers et bientôt par millions), tout est à l’arrêt —les écoles, les universités, le tourisme, le sport… —. Qu’est-ce qui tourne encore ? Un simple virus a jusqu’à présent immobilisé plus de 3 milliards de personnes, depuis que l’Inde, qui compte plus d’un milliard d’habitants, s’est ajoutée à la liste. Il y a 3 milliards et plusieurs centaines de millions de personnes confinées à domicile.

Qui les a mis dans cet état ? Qui ? Une armée ? Un gouvernement ? Une grande puissance ? (Rien de tout ça). Ils ont été assignés à résidence par un simple virus invisible à l’œil nu. Cela exige que chacun réfléchisse sérieusement (à la condition humaine) et en tire les leçons. Dans de telles situations, on se rappelle de ce que Dieu le Très-Haut à dit (aux hommes) : « En fait de science, vous n’avez reçu que bien peu de chose. » (Coran, 17, 85)

Où est la science humaine aujourd’hui ? Malgré toute sa sophistication, après 2 ou 3 mois, l’humanité reste impuissante, incapable de comprendre ce qu’est ce virus, comment elle va pouvoir le décoder, comment elle va le soigner, etc. Tous les esprits du monde sont penchés sur la question. L’élite intellectuelle et scientifique mondiale s’affaire dans toutes les académies et dans tous les centres d’experts, que ce soit par motivation éthique et humanitaire, par motivation financière et lucrative, par motivation électorale ou (même) par motivation raciste, et tous recherchent un remède. C’est une compétition historique qui a lieu aujourd’hui, avec différentes motivations. Mais jusqu’à présent, il n’y a pas de remède.

Plaise à Dieu qu’ils trouvent un remède ! Il n’est pas nécessaire qu’ils échouent pour que les gens puissent en tirer les leçons, non ! Que Dieu fasse qu’ils trouvent un remède. La Miséricorde de Dieu pour Ses serviteurs, en un clin d’œil, peut embrasser le monde entier, par Sa Volonté, Sa Bonté, Sa Générosité, Sa Bienveillance. Mais nous, les êtres humains qui suivons les choses et les subissons, nous trouvant au cœur de cette épreuve, de cette bataille et de cette guerre, nous devons en tirer les leçons.

Il est naturel, au vu de la nature humaine, et cela a été constaté à travers l’histoire, que les hommes, lorsqu’ils font face à des épreuves et à des difficultés de cette ampleur, se tournent vers Dieu le Très-Haut et l’Exalté. Et nous devons faire appel à Dieu le Très-Haut et l’Exalté. Bien sûr, il y a des gens qui sont opposés (à la religion), et qui ont d’autres convictions, d’autres pensées, mais c’est leur problème. Mais la logique, la rationalité, les arguments, les preuves et la nature humaine poussent spontanément à ce qu’on se tourne toujours vers Dieu et qu’on place nos espoirs en Lui, mais surtout lorsqu’on n’a plus d’autre secours que Lui. Ça y est, c’est terminé, il n’y a plus rien à faire, sinon en appeler à la Bonté de Dieu, à la Miséricorde de Dieu.

Cet appel à Dieu dont j’ai parlé dans mon discours (du 13 mars) fait partie des armes les plus puissantes dont nous disposions, surtout les gens simples, ceux dont les cœurs sont brisés (par l’adversité). Il y a peut-être beaucoup de gens qui ne souffrent pas encore, car comme je l’ai dit, la situation au Liban reste acceptable : le nombre de décès reste très faible, et même le nombre de malades, lorsqu’on compare notre situation au reste du monde, nous sommes dans la meilleure partie de la liste (au jour de ce discours, le Liban comptait 412 cas et 8 morts ; au 6 avril, le Liban recense 527 cas et 18 morts). Jusqu’à présent, nous n’avons pas de situation critique, ou de gens qui meurent de faim. Nous n’avons (presque) pas de morts du coronavirus, nous n’avons pas de morts de faim ; tout ce que nous avons, ce sont des mesures (sanitaires de fermeture et de confinement), et les gens étouffent (enfermés) dans leur maison, c’est vrai. Mais faut-il attendre que notre situation empire et devienne très difficile avant de se tourner vers Dieu le Très-Haut et l’Exalté ?

Quoi qu’il en soit, je laisse cette question à la réflexion et à la pensée (de tous), et j’y reviendrai aux prochaines occasions si Dieu le veut, dans quelques jours, une semaine,10 jours, on verra. […]

***

Hassan Nasrallah : la foi et la patience sont les meilleures armes contre le coronavirus

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 13 mars 2020, consacré presque exclusivement à la crise sanitaire mondiale due au Covid-19 et aux mesures que chaque individu doit prendre pour se préserver et protéger autrui.

Source : https://video.moqawama.org/details.php?cid=1&linkid=2104

Traduction : lecridespeuples.fr

Transcription :

[…] Mon dernier point en ce qui concerne le coronavirus, et le plus important à mes yeux, est qu’en nous lançant dans cette bataille (contre la maladie), ô les gens, ô mes bien-aimés, nous devons être armés de la foi, la foi en Dieu le Très-Haut et l’Exalté. Dieu le Clément, Dieu le Miséricordieux, Dieu le Capable, Dieu qui tient en Ses mains le Royaume des Cieux et de la Terre, Dieu le Tout-Puissant. Cette foi doit être présente avec force dans notre esprit, dans notre cœur et dans notre âme tout au long de cette bataille, comme pour toutes les batailles. Et nous devons nous réfugier en Dieu le Très-Haut et l’Exalté, L’appeler au secours, Lui demander protection et recherche ardemment Sa présence. Nous devons L’invoquer pour qu’il nous secoure, nous donne les moyens et nous guide. Cette bataille exige de la patience, de la détermination, de l’endurance, de l’espoir ; il ne faut pas désespérer. Il faut de la persévérance, de la volonté, de la résolution. Et c’est Dieu qui nous donne tout cela.

Cette bataille a besoin de guidance, y compris de la guidance des savants (en sciences islamiques), des scientifiques, des médecins, des centres d’expertise et de recherche internationaux. Il est possible que même après 1 ou 2 mois, voire 1 ou 2 ans, ils ne parviennent à aucun résultat (à aucun remède), et c’est Dieu qui peut les guider et leur enseigner (ce qu’ils ignorent). C’est Dieu qui peut leur ouvrir les portes closes. Il faut faire appel à Dieu le Très-Haut et le Tout-Puissant et avoir foi en Lui, et ce doit être là notre arme la plus puissante et la plus constante dans cette bataille.

Écoutez-moi bien, ô mes frères et sœurs, ô les gens : le plus grand danger dans n’importe quelle bataille, qu’elle soit politique, militaire, et même sanitaire et médicale, est lorsqu’un des deux belligérants sur le front est atteint par la peur, la terreur, le sentiment d’impuissance, de faiblesse, d’impasse, de désespoir. Lorsque la mentalité défaitiste s’empare de lui, tout est fichu, et ce même s’il s’agit d’une puissante armée, même s’il possède l’arme nucléaire, même si ses capacités sont colossales. Car la base est ici (dans le cœur, le for intérieur).

Aujourd’hui, faire peur aux gens, leur inspirer la terreur, leur donner l’impression que nous sommes face à une pandémie insurmontable, à laquelle aucun remède ne peut être trouvé et aucun succès être obtenu, et face à laquelle il faut s’avouer vaincu, baisser les bras et se morfondre, faire cela est une véritable catastrophe, et c’est même un crime. Ce crime est peut-être aussi grave que celui de semer la corruption sur la Terre (un des plus grands péchés en Islam). Quiconque s’exprime, commente ou écrit sur les réseaux sociaux doit être particulièrement vigilant au fait que faire peur aux gens, les terroriser, répandre des mensonges, répandre l’esprit défaitiste, le désespoir, le découragement, la faiblesse, etc., cela mène à la défaite et à notre perte. Nous devons surmonter tout cela. Il faut se considérer en guerre.

Même face à la mort… Supposons que ce mal ait été isolé aux seuls hôpitaux et y subsiste pendant un certain temps, et que comme le disent les médecins, parce qu’untel souffre de telle ou telle comorbidité, qu’il est d’un âge avancé ou autre, le covid-19 entraîne effectivement sa mort. Que Dieu en fasse surgir un bien (dans ce monde ou dans l’au-delà) !

« Certes, tu es appelé à mourir, comme ils sont aussi appelés à mourir. » (Coran, 39, 30). « Toute âme goûtera la mort. » (Coran, 3, 185). Nous allons tous mourir un jour, et le décret est arrivé pour untel, fin de l’histoire. Nous avons le devoir de faire tout notre possible (pour se préserver). Il ne faut pas rendre les armes sans combattre, jamais de la vie ! Notre obligation religieuse est de faire tout ce qui peut protéger notre vie. Mais supposons que la mort frappe untel ou untel. Que Dieu en fasse un bien ! Nous sommes satisfaits de la volonté de Dieu le Très-Haut et l’Exalté, et nous devons continuer à vivre.

Comme pour la guerre : dans la guerre, nos maisons sont détruites, de même que nos biens et nos ressources, nos bien-aimés sont tués, blessés, réfugiés, frappés de tous les maux, mais on tient bon. Lorsque nous résistons, nous prenons le dessus et nous remportons la victoire. Mais si la mort, les blessures et les destructions mènent à notre défaite, nous aurons tout perdu. Il en va de même pour cette bataille (contre le coronavirus).

C’est la foi qui nous donne cette force. (Nous pouvons résister et vaincre grâce) aux invocations, à la demande d’intercession (auprès des Prophètes et Imams), à l’appel à Dieu le Très-Haut et l’Exalté. Chacun peut le faire à sa manière, selon ses croyances, car la relation avec Dieu est ouverte (et peut s’exprimer de différentes manières). Chacun peut invoquer Dieu dans la langue qu’il veut, de la manière qu’il veut, de la façon qui lui paraît appropriée.

Parle avec lui comme tu parles à n’importe qui. Il t’entend, Il sait et comprend ce que tu dis, Il accède même à tes pensées et à ton cœur. Il connaît ta sincérité et ton ardeur.

C’est pourquoi nous avons besoin de cette foi, de ces invocations et de cette âme forte. Nous n’avons pas le droit de laisser notre détermination être ébranlée. Nous devons être forts face à ce défi, même si les vérités sont difficiles, il faut garder confiance en Dieu. Pendant les différentes guerres (menées par le Hezbollah), on nous apprenait qu’il y avait 100 martyrs, 200 martyrs, 1000 martyrs, 5000 martyrs, 10 000 blessés, 100 000 maisons détruites… Mais nous n’étions pas ébranlés. Et c’est pour cela que nous avons toujours été victorieux. Et aujourd’hui, c’est la même chose. Quelles que soient les pertes infligées par cette épidémie, nous devons faire face avec force et détermination. Les forts sont ceux qui survivront et qui seront victorieux.

Je demande à Dieu le Très-Haut et l’Exalté la santé et le salut à tous, et la victoire dans cette bataille, avec Sa grâce. […]

***

Lutte contre le coronavirus : les recommandations au peuple iranien du Guide Suprême de la Révolution Islamique, Sayed Ali Khamenei

Ce qui suit est le texte intégral du discours prononcé le 3 mars 2020 par l’Ayatollah Khamenei, le Guide Suprême de la Révolution Islamique, après avoir planté deux arbustes à l’occasion de la journée de la plantation d’arbres.

Source : http://english.khamenei.ir/news/7404/Imam-Khamenei-s-advice-to-the-people-on-Coronavirus, le 3 mars 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Transcription :

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Toutes les louanges sont dues à Dieu, le Seigneur des mondes, et que la paix et les salutations soient sur Son messager, et sur sa famille pure et immaculée.

Je remercie Dieu de m’avoir donné l’opportunité de coopérer avec ceux qui ont lancé ce mouvement de plantation d’arbres à travers le pays et de planter deux arbustes. D’autres personnes ont longuement parlé de la question de l’environnement et j’en ai également parlé. Aujourd’hui, je voudrais plutôt parler de la situation actuelle du pays, à savoir la maladie qui s’est propagée dans le pays.

J’ai déjà sincèrement remercié les médecins, les infirmières et les équipes médicales, mais je juge nécessaire de remercier encore une fois tous ces êtres chers. Certains phénomènes vraiment instructifs pour nous tous ont été observés ces jours-ci, des phénomènes qui indiquent le haut sens des responsabilités de notre personnel médical et leur engagement humain et religieux dans le pays.

Les médecins, les infirmières et les autres personnels médicaux sont vraiment engagés dans un djihad sur la voie de Dieu. Ce qu’ils font à l’heure actuelle, c’est le djihad dans la voie de Dieu, et c’est vraiment un bien très précieux. Je juge également nécessaire de remercier les familles de ces êtres chers, leurs époux et épouses, leurs enfants et leurs parents qui endurent ces difficultés. Cela fait plusieurs jours et nuits consécutifs que ces êtres chers ne sont pas rentrés chez eux car ils sont trop occupés à travailler (et dorment sur place). Ils travaillent jour et nuit et leurs familles le supportent. Je les remercie donc du fond du cœur.

Je considère qu’il est nécessaire de prier pour tous les patients qui reçoivent un traitement à l’hôpital ou à domicile et de demander à Dieu de les aider à se rétablir. Je demande également à Dieu de pardonner aux défunts et d’inspirer la patience et la quiétude aux membres de leur famille, à qui j’adresse mes condoléances.

J’ai quelques demandes à faire à notre cher peuple. La première est qu’il ne doit pas ignorer les recommandations et instructions sanitaires données par les responsables : je parle des instructions concernant la prévention, l’hygiène des mains, du visage et du cadre de vie qu’il faut garder propres pour éviter toute contamination. Le peuple doit suivre les instructions données par les experts. Assurément, tout ce qui mène à la santé de la société et tout ce qui aide à empêcher la maladie de se propager est une bonne action et au contraire, tout ce qui aide à la propagation de la maladie est un péché. Dieu l’Exalté nous a rendus responsables de notre propre santé et de celle des autres, et de la santé de tous les gens en général. Ainsi, le premier conseil est que nous devons considérer qu’il est de notre responsabilité de respecter et appliquer scrupuleusement les instructions des responsables.

Le prochain conseil, qui est très important, est de compter sur Dieu et de lui demander de l’aide. Ceci est vraiment nécessaire, et le Saint Coran nous ordonne : « Dis : ‘Mon Seigneur n’est pas indisposé par vos invocations à Lui’. » [Coran, 25,77]. Il y a un autre verset qui dit : « Revenez donc vers votre Seigneur (repentants) et soumettez-vous à Lui. » [Coran, 39, 54]. Et il est écrit dans une autre sourate : « Invoque ton Seigneur au fond de toi-même avec humilité et crainte. » [Coran, 7, 205].

Il y a beaucoup d’autres versets du Coran qui nous ordonnent d’invoquer Dieu l’Exalté et de lui demander Son aide face à toutes sortes de problèmes, que ce soit des crises comme celle-ci ou divers autres incidents qui arrivent au pays, à la nation et à nous-mêmes. Parfois, ils disent que nous devons dire telle ou telle prière et accomplir tel ou tel acte religieux, mais (en ce qui concerne cette épidémie), il n’y a pas de recommandation spécifique. Prier signifie parler à Dieu l’Exalté et Lui demander Son aide. J’ai beaucoup d’espoir, en particulier grâce au cœur pur et sincère de nos jeunes et aux personnalités pieuses et religieuses, qui peuvent détourner de nous de graves calamités par leurs prières et invocations.

À mon avis, ce n’est pas une calamité d’une gravité sans précédent, car il y en a eu de plus graves. J’ai moi-même été témoin de telles calamités [comme la guerre Iran-Irak qui a tué des centaines de milliers d’Iraniens]. Le peuple peut éliminer de nombreux problèmes en priant, en invoquant, en s’appuyant sur les Imams immaculés (salutations sur eux) et en leur demandant d’intercéder pour eux, et en s’appuyant sur le Saint Prophète de l’Islam. Voici un autre conseil que j’ai pour vous. Si vous voulez une invocation spécifique, je vous conseille de lire la septième invocation de Sahifa al-Sajjadiyyah (recueil d’invocations de l’Imam Ali ‘Zayn al ‘Abidine, le fils de l’Imam Hussein) qui se trouve également dans Les clés du paradis (anthologie d’invocations) : « Ô Celui par qui les nœuds des contrariétés se dénouent, ô Celui par qui l’acuité des difficultés s’atténue, etc. »

Le point suivant est que je demande instamment à toutes les organisations du pays de coopérer de manière responsable avec le ministère de la Santé, qui est en première ligne pour faire face à cette maladie, et de lui fournir toutes les ressources et facilités. Bien entendu, j’ai également demandé aux forces armées et aux organisations qui sont en contact avec mon bureau de fournir aux populations toutes leurs ressources pour lutter contre l’épidémie.

Cet incident n’est pas particulier à notre pays. Vous savez et vous avez entendu dire que l’épidémie s’est également déclarée dans de nombreux autres pays aujourd’hui. La seule différence, cependant, est que dans de nombreux pays, ils n’agissent pas avec transparence et cachent beaucoup de choses. Pour notre part, depuis le premier jour, nos fonctionnaires ont annoncé la nouvelle avec transparence et en toute sincérité et véracité. Ils ont tenu les gens informés, ce qui était une bonne ligne de conduite.

Dans certains pays, ils n’en parlent pas du tout, mais nous savons pertinemment que dans certains pays, l’épidémie est beaucoup plus grave que dans notre pays. Je demande à Dieu d’aider également les personnes touchées dans d’autres pays à se rétablir. Je prie pour que Dieu les aide eux aussi.

Et le dernier point est que c’est un problème temporaire, pas un phénomène extraordinaire (voué à durer). De telles crises se produisent dans tous les pays. Bien sûr, je ne veux pas sous-estimer son importance, mais il ne faut pas non plus l’exagérer. Une crise sanitaire a eu lieu et va durer un certain temps, mais grâce à Dieu, ce ne sera pas très long. Elle perdurera dans le pays pendant un certain temps et disparaîtra après un certain temps. L’expérience que nous acquérons en la matière, et les actions que les gens et les organisations du pays mettent en œuvre (en fait, de telles actions sont comme de grandes manœuvres) peuvent s’avérer être un accomplissement. Si nous pouvons les mener à bien, la calamité se transformera en bénédiction et les menaces se transformeront en opportunités.

Heureusement, j’ai entendu dire que la coopération et l’assistance entre les Iraniens étaient très répandues. Par exemple, des commerçants mettent un tuyau et des produits désinfectants à l’extérieur de leur magasin afin que les passants puissent se laver les mains s’ils le souhaitent. Ces phénomènes sont très importants. Ou telle ou telle infirmière reporte son mariage pour s’occuper de ses patients. Ou certaines personnes offrent une aide financière. Ce sont de très bonnes actions. Il s’agit en fait de grandes manœuvres organisées par les habitants et les organisations responsables. J’espère qu’elles apporteront un bon résultat à notre pays et que la nation arrivera dès que possible aux jours du rétablissement complet, avec la Grâce de Dieu.

Que la paix soit sur vous, ainsi que la Miséricorde de Dieu et Ses bénédictions.

***

Invocation de la Sécurité

Invocation de l’Imam Ali b. al-Hussein, Zayn al-‘Abidin, face à l’adversité et en cas d’affliction, recommandée par Sayed Khamenei au peuple iranien face au coronavirus.

Source : Al Sahifa al-Sajjadiya

Traduction : Leila Sourani

Ô Celui par qui les nœuds des contrariétés se dénouent, ô Celui par qui l’acuité des difficultés s’atténue, ô Celui qui est sollicité pour l’issue réconfortante du soulagement, les difficultés sont aplanies devant/pour Ta Puissance, les causes sont provoquées par Ta Bienveillance, le décret arrêté advient par Ta Puissance, et les choses sont accomplies selon Ta Volonté.

Elles sont exécutées par Ton Vouloir sans que Tu ne les aies dites et elles sont réprimées par Ta Volonté sans que Tu ne les aies interdites. C’est Toi qui es sollicité lors des difficultés et c’est Toi qui es le refuge lors des adversités. Aucune d’entre elles n’est repoussée hormis celles que Tu as repoussées, et aucune d’entre elles n’est dissipée hormis celles que Tu as dissipées !

Il m’est survenu [quelque chose], ô mon Seigneur, dont le poids m’affecte péniblement ; il m’est arrivé [quelque chose] dont la charge m’accable. C’est par Ta Puissance que Tu me l’as consigné et c’est par Ton Pouvoir que Tu me l’as adressé. Et nul ne [peut] s’opposer à ce que Tu as consigné, ni détourner ce que Tu as adressé, ni ouvrir ce que Tu as fermé, ni fermer ce que Tu as ouvert, ni faciliter ce que Tu as rendu difficile, ni aider celui que Tu as abandonné.

Alors, prie sur Mohammed et sur sa famille, et ouvre-moi, ô Seigneur, la porte de la délivrance par Ta Longanimité, brise pour moi l’emprise des soucis par Ta Force, accorde-moi de regarder d’un bon regard ce dont je me suis plaint, fais-moi goûter la douceur de la réalisation de ce que j’ai demandé, fais-moi don d’une Miséricorde et d’une heureuse délivrance de chez Toi, accorde-moi une issue rapide de Ta Part, et ne m’occupe pas à des préoccupations qui m’empêcheraient d’accomplir Tes Obligations et de pratiquer Tes Règlements.

Déjà, je suis incapable [de supporter] ce qui m’est arrivé, ô Seigneur et je suis accablé d’inquiétude par le poids des événements qui m’ont touché. Et Toi, Tu es Celui qui est Capable de dissiper ce que j’éprouve et de repousser ce dans quoi je suis tombé. Alors, agis ainsi pour moi, même si cela ne m’est pas dû, ô Celui qui détient le Trône grandiose, ô Détenteur du noble Don, car Tu es Puissant, ô le plus Miséricordieux des Miséricordieux ! Exauce-moi, Seigneur des mondes !

Voir également ces autres interventions de Nasrallah consacrées au coronavirus :

Nasrallah proclame une guerre mondiale contre le coronavirus et dénonce les mensonges des dirigeants occidentaux

Nasrallah : Gaza, le Yémen et l’Iran sont impitoyablement livrés au coronavirus, Trump est le pire criminel de l’Histoire

Nasrallah : les orphelins du coronavirus doivent devenir pupilles de la Nation

Lutte contre le coronavirus : le Hezbollah ridiculise l’armée française

Voir notre dossier sur le coronavirus.

Pour ne manquer aucune publication et soutenir ce travail censuré en permanence, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez également nous suivre sur Facebook et Twitter.